Espagne, des emplois gagnés à la tombola !

Dans un petit village d’Andalousie, le maire attribue les postes vacants d’employés communaux par tirage au sort, histoire de ne pas être suspecté de favoritisme.

Au centre, Juan Lorenzo Pineda Claverias, le maire, procédant au tirage au sort.

Les sommes colossales qui sont consacrées en Espagne aux jeux de hasard prouvent que l’espagnol est joueur. Il l’est d’autant plus que la crise économique frappe durement son pays.

Tout (ou presque) est désormais remis entre les mains du hasard. On le constate lorsque l’on comprend qu’un maire d’Andalousie embauche depuis quelques mois ses employés communaux au terme d’une procédure de tirage au sort. Joueur, l’espagnol est aussi démonstratif et amateur de spectacles au point d’accepter que ce processus d’embauche soit filmé et diffusé à la télévision locale. L’incongruité de cette procédure est telle qu’elle a fait le buzz sur Internet. Les journalistes américains, toujours friands des bizarreries de la vieille Europe ont consacré de nombreux reportages à cette initiative, somme toute marginale.

Le New York Times, en personne, est venu enquêter sur place pour chercher à comprendre pourquoi les espagnols en étaient arrivés là. La crise économique qui frappe durement la péninsule ibérique et notamment la région de Malaga où se situe la commune d’Alameda (50 000 habitants) explique en partie ce loto du travail.

Dans ce secteur d’Andalousie, une personne sur deux en âge de travailler est au chômage. Trouver là-bas un emploi est une chance inouïe et qui dit chance dit jeu de hasard.

De son côté, le maire d’Almeda, Juan Lorenzo Pineda Claverias, justifie sa démarche comme étant une réponse aux suspicions dont la classe politique espagnole fait l’objet. Plusieurs affaires de corruption retentissantes ont jeté l’opprobre sur les élus en haut comme en bas de la pyramide.

Pour qu’il ne soit pas dit qu’à Almeda le maire appliquait la règle du copain-coquin dans l’attribution des rares emplois communaux, il a préféré le faire avec ce système de tirage au sort, en toute transparence.

L’opération se déroule une fois par mois au grand jour afin que personne ne puisse dire que le jeu est truqué. Juan Lorenzo plonge sa main dans une urne pour tirer les bulletins des heureux gagnants parmi des centaines de postulants aux postes à pourvoir. Certains d’entre eux acceptent d’être présents le jour de ce tirage au sort, en plateau, sous l’œil des caméras de la télévision locale. Cela donne à cette loterie un côté télé-réalité qui a choqué nos amis américains pourtant habitués à ce type de show.

Contrairement aux habituels gagnants de tombola filmés en direct, les chômeurs qui apprennent sur le plateau qu’ils ont décroché le gros lot, en l’occurrence un emploi, ne manifestent aucune joie débordante. Ils réagissent avec beaucoup de pudeur, connaissant trop la détresse des malheureux perdants qui n’ont pas eu leur chance.

Le Pôle emploi espagnol n’a pas cherché à critiquer cette concurrence déloyale, trop occupé qu’il est à trouver des emplois à ceux qui n’en ont pas. Quant à l’opinion publique, elle semble elle aussi résignée.

Cette méthode est-elle appelée à se développer ? La formule se limite à l’embauche de travailleurs non qualifiés, les emplois offerts ne nécessitant aucune formation particulière pouvant ainsi faire l’objet d’un tirage au sort. Quelques exemples venus d’ailleurs sont à rapprocher de cette initiative espagnole. En 2009, une chaîne de supermarché italienne avait, à l’occasion de son anniversaire, organisé une loterie pour les clients de ses 59 supermarchés. Pour 30 € d’achat, les clients pouvaient remporter l’un des dix CDD d’un an pour occuper des postes de magasinier ou de cariste. L’histoire ne dit pas si les salaires étaient eux aussi… en solde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *